2.jpg

DERMOPIGMENTATION

La dermopigmentation : en quoi cela consiste ?

La dermopigmentation consiste à tatouer la peau, non définitivement, grâce à des micro-aiguilles qui pénètrent la couche superficielle de la peau pour appliquer les pigments.


Le processus de dermo-pigmentation se compose généralement de deux étapes : une première séance lors de laquelle la peau est tatouée, puis une seconde séance, entre 3 et 4 semaines plus tard, pour corriger ou re-pigmenter certaines zones qui ont plus ou moins rejeté le pigment.


Il s’agit d’un tatouage éphémère, donc la couleur s’estompe avec le temps. Les retouches sont nécessaires environ tous les 2 ans, selon l’évolution du tatouage semi-permanent. Malgré ces retouches indispensables, une dermopigmentation des sourcils reste un investissement sur le long terme, grâce à sa longue tenue.


La dermographie 3D est une technique qui permet de donner réellement l’illusion qu’il s’agit bien de poils et non d’un tatouage, grâce à son effet 3D. Les sourcils pigmentés n’offrent pas toujours un effet naturel, tandis que la dermographie propose de recréer les poils à l’identique. La dermopigmentation implique également les techniques du microblading et du maquillage permanent.

Le microblading redessine le sourcil à l’aide d’une lame à usage unique, tandis que le maquillage permanent est appliqué à l’aide d’un dermographe électrique ainsi que d’aiguilles de dermopigmentation. Par exemple, le pigment microblading est déposé avec un stylo métallique et des nano aiguilles toutes rassemblées sur une ligne, ce qui forme alors une fine lame. Le résultat est très réaliste !


Pour choisir entre les différentes techniques, il faut d’abord étudier le cas de chacune de vos clientes. En effet, le choix de la technique peut dépendre de leur passé (ont-elles déjà eu recours au maquillage permanent ?), de leurs sourcils (sont-ils denses ou clairsemés ?), de leur couleur de cheveux et de sourcils, de leurs besoins et de leurs envies.